The Last Scion

Veuillez-vous connecter ou vous inscrire.
The Last Scion

Forum dédié à la guilde The Last Scion du serveur djaul.


    Présentation Negyas

    Partagez

    Negyas
    Membre à l'essai
    Membre à l'essai

    Messages : 1
    Date d'inscription : 12/04/2017

    Présentation Negyas

    Message par Negyas le Mar 18 Avr - 9:24

    Pseudo: Negyas-Tesla
    Guilde: Irridium





    Negyas-Tesla le fils de Sram






    1. Brâkmar.

    Nous somme le 12 apr 647 et Brakmar ne s'est toujours pas remise de sa défaite contre Bonta au match de Boufbowl. Des affiches jalonnent les rues de la ville et on peut y lire : « Mise à prix pour la capture de Kriss la Krass 450,000 kamas ».
    Pauvre joueur me dis je.
    Le pavé noir raisonne sous les pas des ouvriers qui se regroupent la nuit tombé dans les tavernes de la ville. Ces derniers ont pour habitude de faire la fête jusqu'à très tard le soir et de boire aussi pour oublier la rigueur du travail dans les mines. Il faut dire que vivre à Brakmar n'est pas à la portée de la première Eniripsa venue.
    Je continu de marcher ... A ma droite une ruelle sombre, il me semble distinguer trois bandits faisant les poches à un Enutrof.
    Le respect des anciens vous dite ?
    Vous êtes à Brâkmar la cité de Djaul ne l'oubliez pas.
    Tient entrons dans cette Taverne.


    2. La taverne de Djaul.

    Passez les rideaux de la porte d'entrée, la taverne était brillante, il y avait en face de moi une longue table avec un nombre important d'ouvrier qui buvaient, criaient et chantaient.
    C'était le bordel si je puis dire, deux gus se battaient sous une table à gauche, d'ailleurs cette table était surmonté d'un grand voile accroché au mur sur lequel était brodé une énorme épée de iop surmonté des ailes du puissant démon Djaul.
    Pas de doute c'est la bonne taverne.
    J'ai décidé de les éviter et de passer à droite.
    Un Kworker vert était enchainé à un boulet, je ne sais pas si il est là pour la décoration ou si c'est le futur repas mais il bat de toutes ses ailes pour tenter de partir.
    Arrivé au bout de la salle, un grand bar tout en longueur, derrière Jiaye un ogre, un mastodonte, un ancien videur de bwoat reconverti.
    Je peux vous dire qu'avec lui ça filait droit, ces mains était aussi grosse que le visage d'un iop à croire qu'il était né pour ça.
    J'ai donc décidé de m’asseoir à ce bar et de commander une bonne bière c'est ici que je vais vous raconter mon histoire.


    3. Negyas-Tesla le fils de sram.

    Je suis Negyas, Tesla c'est mon nom, juste un nom… C'est celui d'un grand inventeur, un inventeur que j'admire et inventeur d'un autre temps. Pourquoi j'ai pris se nom ? Parce que j'en avais envie et que nous les sram nous prenons ce dont nous avons envie.

    Mon père le dieu Sram a fondé la dimension Srambad celle qui abrite aujourd'hui tous mes compagnons ainsi que les roublards.
    Ma mère quand a elle est une des nombreuses femmes de l'ancien monde prisent par les dieux. Je ne la connais que trop peu mais j'imagine que ça vie n'a pas du être facile.

    Je suis né en l'an 622 peu de temps après la grande bataille, j'ai grandi seul, comme tous les sram et la première chose que j'ai apprise après marcher c'est voler. Et je ne parle pas de voler comme un tofu à queue bleu mais bien de dérober, piller.
    Nous les sram, nous somme des experts dans la subtilisation, nous aimons les bourses biens pleines.
    Dès l'age de 12 ans j'ai reçu ma première mission, une forme de rituel pour nous aguerrir.
    Voler le dofus cawotte, mais quelle idée, le Woi des souterrains nous hait, la légende dit même qu'il a capturé un iop dans les souterrains, Flubert était son nom je crois.
    A 13 ans nous somme passé dans un art bien moins noble, l'assassinat et oui si nous somme réputé pour avoir atteint des cœurs bien gardés ce n'est pas pour rien.
    Au début c'est assez simple, nous réglons les comptes des bons amis. Les dagues affûtées nous rendons visites à des paysans et des ouvriers soucieux de payer leurs dettes.
    Plus tard on est envoyé chez les nobles , les chefs d'alliances de guildes ou encore les propriétaires de logement histoire de ce perfectionner dans l'infiltration.
    Notre majorité atteinte nous devenons de vrais assassins rompu à toutes les formes de meurtres et de pillages, c'est à se moment très précis que nous avons le droit de quitter la ville pour découvrir Amakna.

    J'ai parcouru une grande parti du territoire et des îles alentours, j'ai amassé beaucoup de trésors et je suis tombé sur un sacré paquet de créature.
    Récemment je suis tombé sur des énergumènes, des cow...boy, des mec qui avec des chapeaupik qui se baladent dans le désert.
    Qu'ils sont étranges.

    - Vous m'écoutez parler mais vous n'avez pas encore touché à votre bière, es que je vous met mal à l'aise ?

    Comme je le disais donc, nous les Sram somment un peu à part dans le monde des douze. Nous vivons seul et pour notre propre gloire. Beaucoup finissent par retourner les dagues contre eux, pris entre leur moral et leurs lois. Mais d'autre s'en sortent.
    - Mon secret vous dite ?
    Alors que je suis aller vendre deux trois truc trouvé dans les poches de passant à la cité de Bonta, j'ai rencontré une Crâ, une Crâ aux cheveux bleu avec un serre tête composé de fleures sur la tête. Elle était très jolie mais j'avais de la méfiance à son égard.
    Accoudé à sa monture nous nous somme fixé pendant quelques seconde. On avait l'air si différent et pourtant elle à su me montrer de l'affection, puis de l'amour.
    Je me suis senti moins seul après ça et j'ai décidé de déserter l'ordre des Sram pour vivre avec celle qui sera pour le reste de ma vie, ma compagne.
    Je ne peux pas avoir d'enfant mais qu'importe j'ai pu grâce à elle rencontrer des gens qui sont devenus mes amis.

    C'est depuis ce temps que je suis l'homme que tu as devant toi, serviable j'essaie de me racheter une conduite.
    Alors oui de temps en temps tu me retrouveras à Brâkmar comme aujourd'hui mais ce n'est que pour entretenir quelques vieilles relations qui pourront me servir un jour.
    Je te pris maintenant de bien vouloir finir ta bière, car moi j'ai finit la mienne et je dois partir.
    *Lance deux kamas sur le bar*
    - Elle est pour moi celle là.
    Sur ce je te laisse j'ai quelques affaires à régler.

      La date/heure actuelle est Jeu 21 Sep - 10:42